Article de Séverine Garchery, paru sur le site de la PRESSE DE VESOUL

Publié le par LOURDES - SUR MES 4 JAMBES

Avec Dominique Martin, Patrick Gentilhomme a accompli la promesse qu'il avait faite à son arrivée à Lourdes en 2008 : déposer un jour le caillou qu'il venait de trouver à la Porte Saint-Michel à la basilique du Mont-Saint-Michel

 



Après son périple vers Lourdes en 2008, Patrick Gentilhomme (Melincourt) s'était fixé un nouveau défi : rejoindre le Mont-Saint-Michel  en hand-bike, vélo à trois roues mû à la force des bras. Dès le mois de juin 2010, il a été rejoint dans son projet par Dominique Martin, paraplégique lui aussi depuis 2008, kinésithérapeute à Vauvillers.

La préparation minutieuse dès septembre 2010 leur a permis, comme prévu, de prendre le départ dimanche 24 juillet dernier pour arriver dimanche 14 août. Le parcours, composé de dix-neuf étapes d'environ 55 à 60 km chacune, les a fait passer par la Haute-Marne, l'Aube, la Marne, la Seine-et-Marne, l'Essonne, l'Eure et loir, l'Orne et enfin la Manche. A l'issue des trois semaines de périple,  les compteurs affichaient 932 kilomètres à l'arrivée au pied du Mont-Saint-Michel. 

L'intendance gérée par Arlette, l'épouse de Patrick, et bénévolement par Denise et Claude, les parents de Dominique, était assurée à partir de deux camping- cars qui suivaient les deux hand-bikers.

Pour des raisons de sécurité, ceux-ci étaient, en permanence, accompagnés sur les routes par cinq cyclistes, la famille de Dominique, Françoise et les trois enfants, et Morgane Devilloni, secrétaire du Comité départemental handisport de la Haute-Saône.

  

 

  

 

Outre ce défi sportif que s'était fixé les deux hommes, il s'agissait aussi pour Dominique de "prouver à sa famille que malgré son handicap, il pouvait partager avec ses proches, une même passion sportive, un même défi". Par ailleurs, le point d'orgue de leurs motivations allait se situer dans les CRF (centre de rééducation fonctionnelle), que tous les deux se s'étaient promis de visiter : Troyes, Coubert, Saint-Fargeau, La Ferté-Macé et Tesse-la-Madeleine. Dans chacun d'eux, grâce aux équipes de direction qui les ont autorisé à apporter leurs témoignages, ils ont pu "rencontrer les patients et leur porter leur message d'espoir". L'émotion fut à son comble "notamment à Saint-Fargeau et  à La Ferté-Macé spécialisés dans l'accueil d'enfants et adolescents".

Le périple a démarré le dimanche 24 juillet par une température "plus que frisquette", pas plus de 8 degrés à 9 h. Cependant leur "bonne étoile" ne les quittera quasiment pas puisque, malgré le mauvais temps de ces trois semaines, Patrick et Dominique ne rouleront jamais sous la pluie : seul l'après-midi du 13 août se déroulera sous une plie fine et tenace... "Il fallait bien arroser notre arrivée, dans la baie du Mont-Saint-Michel".

Contrairement à ce qui avait été envisagé, peu d'étapes seront de tout repos. Les dénivellées positives qui se succèderont mettront à mal les bras des hand-bikers : "le plateau de Langres, les coteaux des vignobles de campagne dans l'Aube, la région du Perche et les contreforts du Massif Armoricain dans l'Orne rappelleront à tous, hand-bikers comme cyclistes, que ce périple n'est pas une promenade de santé". Même l'étape Boischampbault-Morancez, leur montrera que la Beauce n'est "pas aussi plane que cela", de plus celle-ci sera ponctuée d'incidents techniques à répétition qui ont singulièrement allongé le temps passé sur la route : "Départ à 9h et arrivée à 18h. Dure journée...". Seule l'étape Dienville-Troyes a été facile puisque essentiellement sur la Vélo Voie des lacs de la Forêt d'Orient.

  

 

  

Quelle que soit l'étape, l'accueil réservé au groupe fut exceptionnel. Les communes qui, faute de camping, ont ouvert gracieusement les portes de leur salle des fêtes. Les particuliers qui ont offert le gîte, et même le couvert, y compris pour les journées de repos. Les campings qui se sont associés pour la plupart spontanément à la démarche de Patrick et Dominique. Tous ceux rencontrés sur le parcours, intrigués par cet étrange équipage, et qui finalement ont rejoint virtuellement les deux hand-bikers par l'intermédiaire du Blog. Les motards de la Fédération française des motards en colère qui ont piloté le groupe pour la traversée de Troyes et surtout pour toute l'étape parisienne, Coubert-Saint-Fargeau, apportant une aide considérable dans le parcours. Les directions des CRF visités qui, leur réservant un accueil hors du commun, leur ont offert la possibilité d'apporter leur témoignage et leur ont permis des échanges "exceptionnellement riches".

Pour Patrick et Dominique, ces trois semaines demeureront exceptionnelles dans leur mémoire. Tous leurs partenaires, pas moins de soixante entreprises et soixante-dix particuliers, ont tenu dès le début de cette année à s'associer à leur démarche, vont leur permettre de concrétiser leur promesse :  venir en aide à toutes les personnes handicapées du département en achetant du matériel  spécialisé qui permettra  de compléter l'équipement des clubs handisport (joëlettes, fauteuils de sport, équipement spécifiques...) et en assurant des compléments de formation aux personnels d'encadrement et aux éducateurs.

Le côté sportif de leur périple laissera à Patrick et à Dominique des souvenirs impérissables : l'accompagnement pendant les quatre premières étapes, de Julien Casoli qui a tenu à marquer de sa présence, l'intérêt qu'il portait à ce défi ; l'effort individuel répété chaque jour,  au sein du groupe, qui a permis à chacun de parvenir au but ; la nécessité de se surpasser, de repousser ses limites pour franchir quelques rampes mémorables, la côte d' Arrentières dans l'Aube avec presque trois kilomètres à prêt de  13 %, la côte de Mortain permettant d'accéder au Camping des Cascades avec plus de 20 % de moyenne...

"L'apothéose" a été "la dernière étape", Beauvoir-Le Mont-Saint-Michel, soit cinq kilomètres que Patrick et Dominique ont tenu à parcourir "en symbiose" avec leurs familles et leurs amis. Pas loin d'une centaine de personnes ont ainsi bravé les kilomètres pour venir les rejoindre dès le samedi 13 août.

  

 

  

C'est un convoi impressionnant qui s'est ébranlé le dimanche 14 août depuis le Camping des Pommiers pour rejoindre le Mont par la voie cyclo à une vitesse de moins de 5 kilomètres à l'heure, "une vraie procession". Patrick, encadré par sa famille et surtout ses deux petites-filles qui avaient tenu à marcher à ses côtés en le tenant par la main, et Dominique, encadré par son épouse et ses trois enfants, ses parents et les amis. 

L'arrivée au Mont-Saint-Michel, fixée à 9h en raison de la marée qui commençait seulement à refluer, a été orchestrée par Marie-Françoise Letellier,présidente du Comité départemental handisports de la Manche, et a été "grandiose". L'ensemble du groupe, une centaine de personnes, a découvert le Mont "de façon exceptionnelle".

Les 400 marches qui permettent l'accès à la basilique ont été gravies par Patrick et Dominique en joëlette, grâce au dévouement de leurs porteurs. C'était "une ascension très physique que ceux-ci ne seront pas prêt d'oublier. Elle a été ponctuée par de nombreuses poses au milieu des touristes médusés qui commençaient à arriver".

Sur le parvis de la basilique, le groupe a été pris en charge par Serge Poisson, technicien aux Monuments Nationaux, et a eu droit à une visite, elle aussi et de l'avis des habitués, "exceptionnelle". Les commentaires du guide ont laissé béats d'admiration tous ceux qui avaient déjà eu l'occasion de visiter le Mont. Serge Poisson a réservé une surprise à Patrick qui avait promis de laisser à l'Archange Saint-Michel le caillou trouvé en 2008 sous le sabot de son cheval, à son arrivée à la basilique de Lourdes, à la Porte Saint-Michel. La chapelle Notre-Dame-Sous-Terre, très rarement proposée aux visites, a été exceptionnellement ouverte afin de permettre à Patrick d'y déposer, avec la plus grande ferveur et dans le recueillement de tous, son témoin. "La boucle était bouclée".

 

 

Publié dans Défi de St Michel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emmanuelle Kruten-Didion 08/09/2011 17:01


Tres bel article.
Que d'emotions.
Encore bravo a vous 2 et a vos familles et soutiens.
Emmanuelle


LoloElo 07/09/2011 15:16


Je n'ai pas pu lire en temps réel ni même répondre aux dernières publications, mais j'ai bien sûr lu les dernières étapes de ce si beau périple (sur mon mobile, d'où l'absence de réponse !) mais la
lecture de cet article m'a refait penser à cet "oubli" de réponse...
Je voulais vous adresser à tous les deux, Patrick et Dominique, ainsi qu'à tous vos proches qui vous ont suivi de près ou de loin, mes plus sincères félicitations !!!
Et je renouvelle ici mon offre de vous accueillir si un jour vous décidiez de vous lancer dans un nouveau périple en traversant le Sancerrois !