31/07 - CONFLANS-SUR-SEINE / CHENOISE

Publié le par LOURDES - SUR MES 4 JAMBES

La nuit a été fraîche... Morgane émerge.. un peu plus tôt que les autres... elle a les pieds mouillés!! Elle en profite pour préparer le petit-déjeuner pour tout le monde???!!!??? Ah ben, non... C'est toujours Denise, la maman de Dominique qui s'y colle!! (pains grillés, croissants de Simone), pendant que Claude le papa de Dominique, s'occupe de vidanger les camping-cars!!

 

Les sanistaires du camping, plus que spartiates, ne permettent pas à Patrick et Dominique d'y accéder, pas d'eau, pas de lumière, accès impossible.. du coup, le retard à "l'allumage" fait que le départ se fait péniblement à 09h45.  La faute à des préparatifs mouvementés, ajoutés à la fatigue accumulée... mais la météo, pour son premier jour vraiment estival, avec des températures plus conformes à la saison réjouit le groupe!

 

 

 

  

La demie-étape est plutôt du type montagnes russes.. mais plus montagnes que russes, puisque là, il n'y a que des montées, sans aucune descente.. L'ascension vers Villiers-Aux-Corneilles, puis la remontée vers Potangis sont longues... les cyclistes s'accordent quelques pauses pour une cueillette de mirabelles... pour le dessert!

La montée vers Mont-Genost, après la D348 où l'ascension de près de trois kilomètres parait interminable, leur offre tout de même un panorama magnifique, et la vue directe sur les cheminées de la centrale nuclèaire de Nogent-sur-Seine.

 

 

A partir de Montgenost, les routes récemment goudronnées et gravillonnées, ralentissent l'allure et nécessitent une attention toute particulière dans les descentes. A Plessis-Barbuise, Dominique fait un tout-droit.. au lieu de tourner à droite! A Larue, une fois le pont franchi, toujours dans le gravillon, les handbikers sont tenus de ne pas faire semblant d'appuyer sur leurs pédaliers, sinon, c'est la marche arrière assurée.. et quelle marche arrière!!

 

Jusqu'à Montpothier, les routes sont toujours gravillonnées.. ajouter à ça, les conducteurs aubois, pas sympas: les voitures qui croisent sans ralentir, projection de gravillons sur les handbikes, les motards qui lâchent les gazs et la fumée qui va avec à hauteur des cyclistes..

 

Enfin la descente vers Resson, mais celle-ci est toujours aussi ralentie par les gravillons...  Mais le sursis dure peu, une nouvelle ascension vers Fouchères, laissent des traces.. certains cyclistes mettront pieds à terre pour pousser les handbikes qui piétinent.

 

 

L'intendance appelle, le point de pique-nique ne convient pas, la zone est envahie par les ronces, et une barrière leur en barre l'accès... finalement, tout le groupe se retrouve place de la mairie à Léchelle, en ajoutant à l'étape du jour quelques kilomètres de plus (partis pour 900km; il semblerait qu'au vu des tours et détours, nos deux handbikers se rapprocheront plus des 1000km!!)

 

 

Arrivée du groupe, éprouvé par la matinée difficile, à 13h00 (après 34km)... la pause est la bienvenue, les rafraichissements aussi, le repas tout autant... Le déjeuner se fait rapidement, et une sieste s'impose pour certains!!

 

La demie-étape de l'après-midi est beaucoup plus confortable. Il n'y a plus de gravillons sur les routes, la pente est moindre, mais les faux-plats permanents ne permettent aucune pause dans le rythme. Le soleil qui reverbère ne leur offre pas de répit.. protections solaires obligées!!

 

 

La plaine de la Brie s'offre à eux, Voulton, Saint-Hilliers.... les champs de betteraves s'étalent à perte de vue, la météo favorable incite fortement les céréaliers à mettre les bouchées doubles, les machines tournent plein pot, et dégagent une poussière digne des cheminées de Nogent-sur-Seine! L'après-midi se déroule tranquillement, et les petites routes de Seine-et-Marne, très calmes, permettent de découvrir la faune locale; biches, poules faisannes, lièvres... 

 

 

Compte tenu du rythme de progression, Chenoise est vite proche.  Malgré le revêtement de la route, difficle, qui fait durer le plaisir, la ferme de la Mercy, bivouac du soir est là..

Synchronisation parfaite, l'arrivée des handbikers se fait en même temps que celles de Anne et Laura, et de Alizée, Coline, Anaïs et leurs parents!!

 

Les hôtes de la soirée, Mme et Mr Cackaert, leur ouvrent les portes de leur ferme pédagogique.. Mr Cackaert rentrait tout juste des champs, mettant la dernière main aux moissons!!

 

 

Dès la remise en ordre des matériels, handbikes, vélos..

l'organisation du campement se fait en cercle, les tentes autour..

 

 

 

puis une visite de la ferme s'impose.. Alizée venue un mois auparavant en sortie scolaire leur fait la visite: canards, oies, poneys, ânes, poules, lapins, porcs..

 

La nuit ne se fait pas prier!! Le groupe a déjà "englouti" un tiers de son périple, les organismes mis à rude épreuve réclament du repos.... Chuuuut.... bonne nuit!!!

 

 

Publié dans Défi de St Michel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie france 07/08/2011 13:40


En relisant les commentaires , en remontant le temps de votre périple ,je suis surprise combien les personnes se sont approprié votre défi , on sent à travers les mots ecrits: l'amitié, l'amour ,
le remerciement, l'éblouissement, quelque fois l'envie de vous rejoindre ou au contraire le regret de ne pouvoir le faire , mais chaque fois avec pudeur et vérité;
Je voudrais tellement que nous puissions organiser à Dole Ville que Patrick, Arlette connaissent bien une réception avec vos témoignages; là je le fais en temps que Présidente du Comité des Fêtes
de Dole, venez et nous ouvrirons toute grande les portes de la Salle des Fêtes nouvellement rénovée .


LoloElo 03/08/2011 23:31


Avec toutes ces montées, je parie que certains ont eu une sacrée descente lors des repas !
Bravo à vous... et dire que je crache mes pprès 5 km de VTT !!! :D


adapei70 03/08/2011 15:00


bravo pour les photos, pour nous qui avons des difficultés de lecture l'image nous parle.
la route avance courage.


Yoyotte 01/08/2011 23:39


Ben dites donc cette journée c'était un sacré périple.
Des montées, encore des montées. Et des gravillons !
Ce n'était pas de tout repos.
Mais le lendemain était peut-être plus tranquille.
Nous le saurons demain.
Bonne nuit à tous.
Bisous.
Yoyotte