La Garde Haute - Moissac

Publié le par LOURDES - SUR MES 4 JAMBES

Dernière journée du quatrième tronçon :
kilométrage prévu 31, kilométrage parcouru... 24!


Après avoir restitué l'auberge à son propriétaire, le petit déjeuner est pris sur la terrasse accompagné par le chant des oiseaux, qui profitent de la dernière fraîcheur de la journée. Celle-ci s'annonce en effet caniculaire.



Les chevaux étant sur place, tout va très vite, et à 09h00 tout le monde est prêt. Patrick, Gérard et Bavo souhaitent partir assez tôt, pour faire un détour par Lauzerte, ville médiévale. Les 80m de dénivelé sont la première étape de leurs montures, qui n'ont que faire de la beauté du site. Ils la respectent tout de même, s'abstenant de tout crottin, c'était la hantise de nos amis. Lauzerte est une très belle ville médiévale aux rues pavées, mais quelques touches de moderne dénotent. Après 20 minutes à déambuler dans ces rues étroites, ils leur faut reprendre leur chemin.

 

La montée vers le Chartron-Céramique leur fait découvrir les premiers champs de melons, où les tacherons s'affairent de part et d'autre du tracteur. Que de gâchis, que de melons qui restent au sol car tachés ou trop murs. La sélection est sévère.

La chapelle Saint-Sernin, et le robinet du clocher leur permettent de faire boire tout le monde. L'eau y est potable, c'est remarquable. Les dénivelés sont nombreux mais les chemins très praticables, alors rien à voir avec les jours derniers. La descente vers la vallée du Lendon leur fait longer une parcelle cultivée d'arbres fruitiers. Ils arrivent vraiment en Midi Pyrénées. Le premier pèlerin de la journée est rencontré: "-Pas très causant mais respectons le".



Après l'ascension vers le lieu-dit Mirabel, ils repartent vers l'Aube Nouvelle. Le soleil du Midi les écrasent et ils croisent vraisemblablement un groupe de colonie de vacances. Des gamins de 8/10 ans et leurs moniteurs qui cherchent visiblement un coin d'ombre pour manger. Ce n'est pas le temps idéal pour les sortir, 35°C et pas un brin de vent.



La traversée de Durfort-la-Capelette se fait au ralenti, les chevaux souffrent de la chaleur. Les 2 derniers kilomètres les séparant du pique-nique semblent pour les cavaliers une éternité. La pause est prévue à la chapelle Saint-Martin. Sous les chênes, l'ombre est la bienvenue, et il règne sur ce sommet un courant d'air salutaire. Ils y sont accueillis par Arlette, mais surtout par un groupe d'une quinzaine de marcheurs, anciens scouts.



Claire, Jean-Benoît et Jonathan ( 10 mois), accueillent les chevaux sur leur propriété. Le robinet de Saint-Martin leur permet d'avoir de l'eau à volonté. Claire découvre le blog, et revient les voir un peu plus tard, marquée. Elle se sent un peu concernée, et nous penserons à son papa, hospitalisé suite à un très grave accident de la circulation: "-Nous essaierons de lui transmettre un peu de notre force pour trouver la patience nécessaire à sa guérison". Claire offre la douche aux chevaux avant le départ et, malheureusement, Arlette se trouve au mauvais endroit (Hein Bavo!).



Après les siestes de Bavo et Gérard, il est 15h00, l'heure du départ pour Moissac.

La D16, bordée de platanes, est très dangereuse. Le GR passe en bas du talus. Quelques passerelles enjambent les rues qui viennent du versant.

La première passerelle.. tout va bien..La deuxième.. deux traverses de chemin de fer... c'est un peu juste... Coquin, hésite, passe... Patrick et Loubard se présente, Loubard s’engage... Les antérieurs sont sur l'autre rive...Mais.. il pose son postérieur droit... à côté de la traverse...
c'est le gouffre (1.50m de profondeur). Il s'effondre sur son arrière main... Patrick est projeté en arrière... Loubard assis au fond du fossé, bascule sur le côté, il se couche... La jambe gauche de Patrick est sous le cheval.Gérard et Bavo assistent impuissants à la scène. Loubard essaie de se relever pour suivre le fossé...Il rechute... Se relève...Patrick est traîné derrière... Gérard hurle à Bavo qui a sauté d'Enéas: "-Arrête le, arrête le..."
Après deux ou trois essais, Bavo réussit à arrêter Loubard, couché le dos dans le fond du fossé, les membres vers le haut. La jambe gauche de Patrick est coincée sous le cheval, le pied bloqué dans les étriers. Gérard arrive, calme Loubard, qui reste immobile "-Sacré cheval quand même".

Enéas, en liberté sur la route, tremblant, est maintenu par une automobiliste pressée qui leur demande de se dépêcher. Coquin, sur la route, semble désespéré. La tête au dessus de Loubard, hennissant de tout son saoûl.Rien ne leur a échappé, ils paraissent en pleine détresse. Impossible de dégager le pied de Patrick de la glue du fond du fossé. Impossible de laisser Loubard sans risquer de prendre un coup.

Bavo essaie désespérément de dégager Patrick, la seule solution; desseller. Mais, la boucle de la selle Vaqueira est sous le cheval. Aucune alternative, il faut couper la sangle.
Chose dite, chose faite, Patrick peut se dégager vers l'arrière et Loubard se relever. Tout le monde respire. Le genou de Patrick est douloureux.. mais...

Plus de sangle = plus de selle.
Il faut appeler Arlette mais aucun réseau. Une automobiliste fera la messagère, mais avec deux intermédiaires, le message est automatiquement incomplet et déformé. Arlette, au gîte est aux cent coups. Heureusement, Anne, la propriétaire du gîte est là et prend les choses en main. Elle prend sa voiture et cherche à retrouver les cavaliers. Gérard, un ami d'Anne, et Arlette feront quand à eux le GR en sens inverse. Les cavaliers ont trouvé une aire ou attendre et tout le monde s'y retrouve, à 17h00... Enfin!!



Arlette est rassurée et tout le monde rentre au bercail, le gîte de la Petite Lumière, où Anne et ses amis leur réservent un accueil dantesque. Nous croyions avoir déjà tout vu, mais là...
Le bain de boue forcé leur vaut une bonne douche et Anne propose aussitôt de mettre ces dons de masseuse au service de Patrick. Les huiles essentielles auront visiblement amélioré la situation.
Le repas copieux du soir permettra d'oublier momentanément un peu toutes ces émotions, mais la nuit sera agitée pour tous. La journée de repos du lendemain "tombe à pic"...



A plus tard!! 

 

Publié dans Lourdes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vincent 14/10/2008 05:06

Je viens de me connecter au blog de Bangkok ! Je suis français mais vit et travaille en Thaïlande. C'est là que j'ai rencontré Anne qui maitrise si bien les massages Thaïs et l'uitlisation des huiles essentielles. J'étais justement à la Petite Lumière cette journée là ! quelle épopée !! Lire cet article aujourd'hui avec le recul me permet également de voir que tout s'est bien terminé et que tout le monde est rentré sain es sauf. Bravo à toute l'équipe et merci à Patrick qui nous donne une grande leçon de courage.

Marie france et Gérard VOUTQUENNE 13/08/2008 16:54

chaque jour on fait des découverte en se connectant sur le site
je viens de détailler les activitées de vos 2 associations de chevaux
et je me damnde si l'une ou l'autre d'entre vous n'a pas participé à la fete Médiévale de SCEY sur Saone en juillet 2004 dont j'ai le dvd car j'avais preté des costumes dolois à l'Association organisatrice et nous y avions passé un bon moment l'apres -midi
ce sont certains visages qui me font penser à celà
bonne route on est déjà le 13 aout la fin approche

geriko42 11/08/2008 18:19

je vois que le sourire est toujours là!!! c'est parfaait bientôt le bout de la route

Hélène 08/08/2008 16:46

"Doudou" va être de jaloux de savoir qu'une autre masseuse peut faire des miracles sur les fameuses jambes de Patrick...

evelyne jean michel 08/08/2008 11:03

Que de stress!!! Nous serons contant et soulagé quand vous serez arrivés. Mon dernier commentaire avant de vous revoir, à très bientôt. Nous sommes très impatient d'être là bas. Bisous à vous tous.