Saint-Côme-d'Olt - Golinhac

Publié le par LOURDES - SUR MES 4 JAMBES

27ème étape... "La vie sauvage 2 - le retour!"

Comme prévu, le réveil dans le gîte plus que spartiate est sans âme. Seul le carillon de l'église, qui a pris la peine de se taire de 22h00 à 07h00, apporte une touche humaine. L'angélus de 07h00 leur confirme qu'il est l'heure de se lever. Il ne faut pas tarder car il y a du pain sur la planche avant le départ! Il faut remettre un fer à Enéas, aucun maréchal de disponible un samedi.. Jérôme, qui a des compétences certaines, leur propose de referrer à froid. Après avoir retravaillé le fer, c'est chose faite au bout une grosse demie-heure! Merci Jérôme, finalement tu ne seras venu pour rien! C'est la providence qui t'a décidé à leur rendre visite aujourd'hui!



Les cavaliers quittent la ville de Saint-Côme-d'Olt, superbe cité dont la majeure partie des bâtiments datent des 13ème et 14ème siècle. Le clocher à tort hélicoïdale surplombe l'église construite au 6ème siècle.



A 09h45, c'est parti pour une journée qui leur semble "abordable", mais c'est sans connaître l'Aveyron.. C'est là que Patrick regrette le silence des CRTE et des CDTE ( Comités Régionaux et Départementaux de Tourisme Equestre) à ses courriers de Mars 2008. Il avait en effet, envoyé mails et courriers à chaque comité concerné par leur passage, en leur demandant tuyaux ou conseils sur leurs itinéraires. AUCUN D'EUX  ( à part ceux des Vosges et de Haute-Saône) n'avait daigné donner le moindre signe de vie.

A la sortie de Saint-Côme, le GR65 s'avère d'une technicité hors pair. L'ascension vers Combes, s'effectue au milieu des roches et des sentiers ravinés par les eaux de pluie. L'effort est épouvantable pour les 3 chevaux, près de 250 m de denivellé en moins d'un kilomètre. Ce n'est pas la cata, mais ça y ressemble.



Gérard est inquiet. Une fois engagés, pas moyen de rebrousser chemin. Ce serait pire. Patrick va-t'il pouvoir suivre?



Mais tout se passe bien. Enéas, Loubard et Coquin sont plus que formidables. Bavo a la réponse:
"Ils sont à eux trois, le miracle."

A Combes, nos amis croisent leurs compagnons de route de la veille et les avertissent de la difficulté. Enfin, ils reprennent une ascension correcte mais technique vers la vierge de Vermus, qui veille sur Espalion. Quelle souffrance! Les cavaliers pensent à Geneviève et Sylvain, passés à pied ici en Mai, et qui les avaient prévenus.. ils ne se sont pas trompés.



Si les CDTE...

Les cavaliers sont obligés de faire récupérer leurs chevaux, plusieurs fois. La descente vers Espalion est plus calme. La traversée de la ville peu avant midi leur vaut de passer dans les rues piétonnes, en plein boom! Super!!! mais presque une heure et demi de retard sur l'horaire prévu.



Espalion franchi, nos amis atteignent Bessuéjouls, tout petit village à l'habitat trés dispersé. Les maisons sont construites en gré, granit et schiste de la région et jalonnent leur parcours.



Ils pensaient alors avoir fait le plus dur...
La "grimpette" du GR à la sortie de Bessuéjouls va leur prouver encore une fois le contraire. Ce n'est plus de l'ascencion, c'est quasiment de l'escalade à cheval. Un gros problème, toujours impossible de faire demi-tour. Il faut malheureusement aller de l'avant avec tous les risques que cela implique. Le franchissement du deuxième portillon relève de l'exploit...

Mais ce qui les attend...



Les cavaliers de l'Aveyron auraient peut-être pu.. mais peut-être randonnent-ils sur des routes goudronnées.... ou alors ils chevauchent des chèvres...

Un arrêt est obligatoire pour reseller les chevaux. C'est tout de même la première fois en presque 1 mois. C'est la galère pour leurs chevaux, mais là aussi ces formidables compagnons se revélent.. "Aucun qualificatif ne suffirait".
Enfin, retour au calme, au sommet .. mais sans eau, ni ombre.. et le soleil toujours aussi suffoquant.. Les cavaliers n'en diront pas plus..

 

Enfin, une ferme.. L'élevage des Camps. Les cavaliers s'essayent de mander de l'eau.
-" Il n'y en a pas... z''avez qu'à les faire boire dans l'Lot, à 4 km... " leur lance cet éleveur.... dont le champ de maïs à côté est irrigué par un immense jet d'eau.. en pleine après-midi!!

Un peu plus loin.. une autre ferme.. mais c'est la même chose.. décidemment.. certains Aveyronnais ont du se faire opérer du sourire...

 

Le pique-nique est finalement atteint à Estaing, à 15h00. Les chevaux ont pu s'abreuver à Verrières.. 2 kilomètres avant la pause. A 16h00, Gérard, Bavo et Patrick prennent le départ pour les 14 kilomètres restants. Les chevaux vont marcher à leur rythme. la montée, par la route, n'en finit pas.. Toujours pas d'eau.. Un denivellé de 300m sur moins de 2.5km.. Dur, dur..

A Fonteilles enfin, une fontain d'eau potable leur épanche la soif des chevaux.. Le chapeau de Gérard fera office de contenant.. 



 Puis, jusqu'à Massip, le calme est de retour..

L'Aveyron ENFIN nous dévoilent ses rescapés de l'opération du sourire!! Françoise et Francis, les acceuillent dans leur gîte! Le gîte est superbe, accessible, vivant, prorre!! Super!!
Le repas préparé par Stephan et Béné, son épouse est remarquable.. La discussion est menée bon train avec Michel, le pêcheur, et Gilles et Etienne, les cyclistes qui arrivent du Puy-en-Velay..

A 22h00 il faut tout de même se résoudre à aller au lit..

Publié dans Lourdes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Malo 31/07/2008 09:11

Vous nous faites peur avec tout ce que vous racontez, Heureusement que les Aveyronnais ne sont pas réputés pour être cannibals...
Vos chevaux sont exceptionnels!!

Youss 30/07/2008 19:16

Ne pas offrir quelques litres d'eau c'est tout simplement HONTEUX ! Carton ROUGE à ces éleveurs.
Et même traitement pour les CDTE... c'est à se demander à quoi ils servent ?
Les chevaux méritent un podium à l'arrivée.
Courage !

Marie france et Gérard VOUTQUENNE 30/07/2008 13:10

il est vrai que vous allez de surprises en surprises , heureusement vous connaissant vous ne garderez que les bonnes mais comme le dit Youss il est bon d'informer les offices du tourisme ou les organismes qui gèrent ces lieux ouvert officiellement à tous et toutes et en plus quelque soit leur état physique .
Rassurez vous les désaventures se trouvent sur tous les circuits sportifs
amitiées

dede.calhac 30/07/2008 07:42

Courage!!!! vous allez entrer sur de chemins moins difficile, mais n'oubliez pas vos cahpeaux....bonne route!

Vincent 29/07/2008 23:53

Comme quoi, y' a des cons dans toutes les régions de France .
Bon courage à tous, vous êtes plus près de la fin que du début !!