J-6

Publié le par LOURDES - SUR MES 4 JAMBES

Présentation de l'interview donnée par Patrick, aux jeunes de l'A.C.E de Jasney (70).. Trasmise au diocèse de Besançon.

 

« Les bricolos : Pouvez-vous vous présenter ?

P.Gentilhomme : Je suis originaire de Melincourt, j’ai beaucoup de copains qui jouaient avec moi au foot à Jasney. J’ai fait 30 ans d’armée ; en 1998 j’ai pris ma retraite pour démarrer une entreprise de tourisme équestre : « Aux portes de la Comté », située à mi chemin entre la Champagne –Ardenne et les Vosges. J’ai du faire des formations, des stages pour pouvoir accompagner des groupes à cheval en randonnées d’une trentaine de kilomètres par jour. J’ai été en collaboration avec le tourisme à roulotte de Fontenois la Ville.

Randonnée août  2006

 En 2000 c’était le plein essor : j’allais à cheval 6 heures par jour et travaillais même le week-end ! Et malheureusement le 23 septembre j’ai eu un accident à 500 mètres de chez moi ; j’ai du être évacué en ambulance. J’avais la deuxième vertèbre lombaire broyée et le bas du dos paralysé. J’ai d’abord passé un mois à l’hôpital de Besançon puis trois ans de rééducation dans le centre de Navenne duquel je suis sorti le 19 décembre 2003. Je suis remonté à cheval en juin 2003 avec l’aide d’amis.

 

Les bricolos : Quel est votre projet maintenant ?

 

P.Gentilhomme : Continuer ! Au cours de ma rééducation je disais que même si j’étais paralysé j’aimerais remonter à cheval ; que si jamais le bonheur voulait que je remarche, j’irais à Lourdes à cheval. C’est ce qui m’a motivé. Donc maintenant je marche avec un déambulateur ou des cannes. Ce qui m’a aidé c’est d’avoir fait beaucoup de sport.

 13 mois après que le chirurgien m’ait dit que je n’avais que 2 % de chance de remarcher, je me suis mis debout. Je n’avais plus de force dans les jambes,  j’étais incapable de contracter un muscle. C’est mon gros orteil droit qui a commencé à bouger le premier et qui m’a redonné espoir. Au bout d’un certain temps, je pouvais tenir vertical tout seul, réapprendre les mouvements pour faire travailler les muscles. Chaque progrès était une victoire sur la paralysie. Tous les jours je notais dans mon agenda ce que je faisais Les chirurgiens n’expliquent pas pourquoi j’arrive à marcher aujourd’hui.

 

Les bricolos : Pourquoi voulez-vous aller à Lourdes ?

 

P.Gentilhomme : Sur mon lit d’hôpital j’ai fait le serment que si je remarchais j’irais à Lourdes à cheval. Même si je marche avec des cannes, je peux me déplacer debout et pour moi c’est un miracle. Lors d’une visite de ma sœur au Centre de Rééducation je lui ai dit : « Je suis rentré allongé, je sortirai debout. »

A partir du moment où j’ai fait un serment, je dois le respecter.

 

Les bricolos : Pourquoi aller à Lourdes et pas autre part ?

 

P.Gentilhomme : Parce que j’ai dit Lourdes à l’époque, parce qu’il y a la Sainte Vierge, parce que c’est un lieu haut symboliquement … Et parce que je suis croyant ! Il y a des moments quand on est dans la difficulté, on est obligé d’y penser, c’est quelque chose à laquelle on se raccroche. Quel que soit le résultat, Dieu m’a permis de ne pas me décourager. Le fait d’avoir eu la force intérieure de me battre pendant trois ans ça aussi c’était important. Souvent je me dis qu’il y a quelqu’Un  là-haut qui m’a aidé à pouvoir m’en sortir.

On croit tous en quelque chose. Ma foi m’a vraiment aidé. J’ai imploré Dieu, maintenant je ne peux pas faire autrement que de le remercier.

 

Les bricolos : Pourquoi aller à Lourdes alors que vous êtes guéri ?

 

P.Gentilhomme : Je ne suis pas guéri ! Je ne fais plus ce que je faisais avant, c’est dur parfois ! Mais je fais autre chose …

 

Les bricolos : Vous seriez prêt à passer combien de temps pour y aller ?

P.Gentilhomme : On ne va pas à Lourdes sans préparer le voyage. Si j’avais été valide je serais peut-être parti à l’aventure, mais dans mon état actuel, je ne peux pas me le permettre.

Je pars avec un camarade, lui aussi handicapé. Nous avons organisé un périple de 44 étapes de 25-30 km par jour, avec des temps de repos, qui va durer 51 jours. Notre expédition s’appelle «Lourdes sur mes quatre jambes » et fait en tout environ 1180 km. On part le 29 juin pour arriver à Lourdes le 16 août et aller à cheval jusqu’au sanctuaire. Ma femme Arlette nous suivra avec un camion et le matériel.

 

Les bricolos : Pour conclure ?

 

P.Gentilhomme : Ce que je fais, je le fais pour respecter mon serment, pour remercier quelqu’Un là-haut qui m’a certainement aidé, pour montrer à ceux qui sont dans la difficulté, la peine et qui n’ont pas le moral que rien n’est jamais perdu.

La chance il faut toujours la provoquer, j’ai provoqué ma chance.

Il y a quatre éléments indispensables à la récupération : le temps, le moral, la nature et l’entourage (famille, amis).Ce n’est pas rose tous les jours et il faut comprendre que l’on a besoin de cet entourage familial et amical. 

Les kinés de Navenne sont très intéressés par mon témoignage. »

 

 

Nous avons terminé cette interview par une visite des chevaux sur les parcs.

 

Un grand merci à Patrick et Arlette Gentilhomme de nous avoir si aimablement accueillis pour partager cette tranche de vie si passionnante.

 

Publié dans Lourdes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article